Préparation du Déconfinement
Paroisse, Cuges, Cuges-les-pins, Gemenos, bapteme, mariage, communion, sacrement, obsèques
Vous êtes-ici : Accueil Préparation du Déconfinement
 
Préparation du Déconfinement
Après les annonces du Premier Ministre, qui s’est exprimé sur les modalités du déconfinement à partir du 11 mai, notre Archevêque Mgr Jean-Marc Aveline a tenu à nous adresser cette tribune où il souhaite que celui-ci ne soit pas seulement guidé par des impératifs d’ordre économique et sanitaire. Vous trouverez aussi le message adressé aux prêtres du diocèse ce vendredi 8 mai.
Message aux prêtres du diocèse de Marseille 
 
Marseille le vendredi 8 mai 2020
 
 

Chers frères,

 

Malgré les différents contacts entre la Conférence des Evêques de France et les pouvoirs publics, les dispositions de l'article 8-1V du décret du 23 mars 2020 ont été maintenues pour la période allant du 11 mai jusqu'au 2 juin. Il dispose : « Les établissements du Culte sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit à l'exception des cérémonies funéraires dans la limite de 20 personnes ». Cela revient à dire que l'Eucharistie, les baptêmes et les mariages ne doivent pas être célébrés dans les églises et les chapelles. Il convient, comme le Pape François l'a rappelé dans une homélie récente, de respecter la loi civile, ainsi que toutes les normes sanitaires destinées à protéger les populations. C'est une question de responsabilité. C'est aussi une question de prudence : nous ne pouvons mettre en danger la vie de quiconque et il faut rappeler qu'en cas d'imprudence manifeste, le curé peut être tenu pour pénalement et civilement responsable des conséquences induites.

 

Ces dispositions légales laissent cependant ouvert un champ important d'initiatives possibles, à l'appréciation et au discernement des curés et de leurs équipes d'animation pastorale, en fonction de la réalité de leurs territoires. Pour aider à ce discernement, je me permets de donner quelques conseils.

D'abord, il me semble souhaitable, dans la mesure du possible et avec toutes les précautions sanitaires, d'ouvrir les églises et d'y favoriser une vie de prière : présence, accueil et écoute ; célébration du sacrement de réconciliation (le mieux est de le proposer sur rendez-vous) ; prière continue (autant que faire se peut) devant le tabernacle ou devant le Saint-Sacrement exposé ; lecture méditée de la Parole de Dieu, récitation du chapelet et dévotion mariale, etc. Au sortir du confinement, bien des personnes auront sans doute besoin, non seulement de pouvoir se recueillir dans le silence, mais aussi de trouver une oreille attentive et le cœur d'un pasteur. Soyez plus que jamais disponibles !

Ensuite, il me paraît nécessaire de mettre à profit une mobilité retrouvée pour exercer votre ministère de visite à domicile (dans le strict respect des normes sanitaires). Allez voir en priorité les personnes malades ou isolées. Veillez au voisinage : c'est le premier rendez-vous de votre apostolat ! Portez la communion aux malades. Allez rendre visite aux familles les plus pauvres. Soutenez les plus jeunes, en particulier les étudiants ; « embauchez-les » pour vous aider à tenir l'église ouverte ou pour vous accompagner dans vos visites. Si vous l'estimez nécessaire, n'hésitez pas à faire de vos églises des lieux de vie et de partage pour les plus démunis.

Je vous encourage aussi à soutenir la vie eucharistique de votre paroisse, non seulement par votre célébration des Saints Mystères, mais aussi par le témoignage et l'exhortation de toute votre vie. Certes, les célébrations dans les églises ne sont pas encore possibles. Cela ne devrait plus tarder longtemps ! En attendant, je déconseille les célébrations eucharistiques dans quelques familles choisies et ainsi privilégiées, parce qu'elles ont simplement la chance de bien connaître le père untel ! Ne prenez pas le risque de diviser le troupeau qui vous a été confié. Vous savez que je n'ai pas ménagé mes efforts pour tenter de faire entendre aux pouvoirs publics l'importance de la vie sacramentelle pour la foi catholique : patientons, tout en restant actifs et inventifs !

Je vous exhorte enfin, dans la mesure où les règles de sécurité peuvent être respectées dans les salles dont vous disposez (distance d'au moins 1 mètre, masques, gel hydro-alcoolique, nettoyage régulier, etc.), à reprendre progressivement vos activités pastorales : préparations aux sacrements, réunions de vos conseils, etc. N'allez pas trop vite, mais ne perdez pas votre peuple de vue ! Si vous avez progressé dans l'utilisation des moyens numériques, considérez-les comme un utile complément de vos propositions pastorales et développez-les, notamment pour la catéchèse et l'aumônerie. Sans dépasser les 10 personnes et en respectant les mêmes règles, réunissez-vous également, dès que possible, entre ministres ordonnés. Certains sont restés très isolés pendant toute cette période. Et tous, même masqués, nous avons besoin d'échanger sur ce que nous venons de vivre, de faire fructifier l'expérience acquise pendant le confinement et de nous soutenir pour les temps qui viennent !

 

Enfin, je voudrais vous exhorter à mettre à profit ces quelques semaines avant la Pentecôte pour préparer la reprise des célébrations à l'église. La logistique s'annonce lourde. Il est donc souhaitable de constituer des équipes d'accueil et de nettoyage régulier, de prévoir un plan d'entrée et de sortie, un marquage au sol, etc. De nombreux étudiants ont déclaré leur disponibilité à aider les paroisses afin de mettre en œuvre cette logistique. N'hésitez pas à contacter les responsables. Le Vicaire général et les Vicaires épiscopaux se tiennent à votre disposition pour vous accompagner dans tous vos discernements. Je compte sur chacun d'entre vous. Notre obéissance et notre prudence seront les meilleurs moyens de susciter la confiance et de poursuivre, à frais nouveaux, notre belle mission pastorale.

 

J'ajoute qu'en accord avec le Séminaire Saint-Luc, empêché d'accueillir actuellement les séminaristes, j'ai décidé d'ouvrir dans le diocèse, à compter de la semaine prochaine et jusqu'à cet été, deux maisonnées, l'une (Premier Cycle) chez les Filles de la Charité, l'autre (Second Cycle) à Saint Jean-de-Garguier. Je les confie à votre prière.

 

Fraternellement,

 

+ Jean-Marc Aveline

Archevêque de Marseille

 
 
 
Tribune de Monseigneur Jean-Marc Aveline

Archevêque de Marseille

 

Marseille le Mercredi 29 avril 2020

 

Faites-nous confiance !

 

En quelques mois, un virus a fait chavirer le monde. Il reste dangereux et nous sommes en guerre contre lui. D'autant que, derrière la crise sanitaire, se profile une autre crise, économique, peut-être plus redoutable encore, qui aura des conséquences sociales très dures et très dangereuses pour la paix dans le monde, et même à l'intérieur de notre pays. Pour lutter sur cette multitude de fronts, toutes les ressources de la Nation ont été mobilisées. Les religions présentes dans notre pays ont, chacune pour sa part, activement et loyalement contribué à cet effort national, en particulier pour les actions de solidarité auprès des plus pauvres. Elles sont prêtes à contribuer de façon responsable à l'effort requis pour la période du déconfinement, période tout aussi incertaine et dangereuse que celle du confinement.

 

Pour sa part, l'Église catholique avait proposé au Gouvernement, la semaine dernière, un plan progressif de déconfinement à partir du 16-17 mai. La déclaration du Premier Ministre invite cependant à attendre plus longtemps, à moins d'une adaptation locale susceptible d'assouplir, en certains départements, les mesures générales. Il me semble, cependant, que l'on aurait tort de retarder trop longtemps la possibilité pour nos concitoyens d'honorer concrètement, dans la pluralité de leurs appartenances religieuses ou de leurs convictions humanistes, la profondeur spirituelle qui est vitale à l'être humain. Pour la religion catholique, cette dimension vitale se déploie, certes, dans l'intériorité de la foi personnelle. Mais elle n'est pas qu'une affaire privée. D'une part, elle est d'essence communautaire et a besoin de célébrations et donc de rassemblements, fussent-ils organisés progressivement et de telle façon qu'ils n'entraînent aucun risque sanitaire ; d'autre part, elle assume une responsabilité dans l'espace public, que ce soit par une contribution d'idées aux débats de société ou par une contribution d'actions au service des plus démunis.

 

Par ailleurs, il importe de ne pas sous-estimer le rôle positif que peuvent jouer les religions dans la période redoutable dans laquelle nous sommes entrés. L'histoire, en effet, nous a plusieurs fois enseigné que les crises économiques peuvent faire le lit d'idéologies meurtrières qui instrumentalisent la misère des peuples. Nous savons d'expérience comment les engrenages mortifères ont l'art de commencer dans la banalité. Les religions, en éclairant et mobilisant les consciences, peuvent prendre part à ce combat, afin de prévenir ces engrenages et de porter assistance aux démocraties en danger. J'ose donc le demander aux pouvoirs publics : laissez l'Église et les religions, prônant la paix et la fraternité, jouer pleinement leur rôle de « geste barrière » contre les dérives virales de la peur et du mépris. N'attendons pas qu'il soit trop tard en ayant trop longtemps eu peur qu'il fût trop tôt !

 

En tant qu'archevêque de Marseille, je suis prêt à mobiliser en ce sens toutes les ressources du diocèse afin que, dans l'esprit des principes énoncés par le Premier Ministre, les chrétiens puissent reprendre rapidement, en respectant strictement les mesures sanitaires qui s'imposent, une vie de prière communautaire et sacramentelle. Je souhaite que les personnes malades, isolées ou détenues puissent être visitées et leurs familles soutenues spirituellement par les services des aumôneries. Afin de porter assistance aux enfants les plus défavorisés, je veillerai, avec les chefs d'établissement, à la réouverture des écoles catholiques, étant prises toutes les précautions sanitaires nécessaires. Nous sommes également prêts à travailler pour que les jeunes des quartiers les plus pauvres puissent être aidés par les Œuvres, les Patronages et les Mouvements catholiques de jeunesse, afin de lutter contre une fracture sociale que le confinement n'a fait qu'élargir. Si l'on veut bien nous le permettre et nous faire confiance, je m'engage à ce que, dès le 16-17 mai, nous soyons en mesure de célébrer les divers sacrements de la vie ecclésiale, dans le respect des mesures de précaution.

 

Le déconfinement ne peut pas être seulement guidé par des impératifs d'ordre économique et sanitaire. Il faut aussi que la vie sociale, culturelle et religieuse puisse progressivement redémarrer. Car pour toute vie humaine, le sens et la relation font partie de l'essentiel. L'Église catholique a montré qu'on pouvait compter sur elle comme partenaire des pouvoirs publics pour réussir le confinement : n'ayons pas peur de lui faire confiance pour réussir durablement le déconfinement !

 

+ Jean-Marc Aveline

Archevêque de Marseille

 

 

 

COMMUNIQUE DU CONSEIL PERMANENT  DES EVEQUES

 

Paris, le 28 avril 2020

 

Le Premier Ministre a annoncé ce 28 avril 2020 que les célébrations avec assemblées ne pourraient reprendre qu'à partir du 2 juin, même si les lieux de culte pourraient rester ouverts comme ils le sont aujourd'hui, que la liturgie des obsèques pourrait toujours être célébrée, tant dans les églises que dans les cimetières, en limitant le nombre de participants à 20.

 

Le Conseil permanent de la Conférence des évêques de France, au nom de tous les évêques, prend acte avec regret de cette date qui est imposée aux catholiques et à toutes les religions de notre pays. Nous partageons le souci du Gouvernement de limiter au maximum la circulation de l'épidémie, mais nous voyons mal que la pratique ordinaire de la messe favorise la propagation du virus et gêne le respect des gestes barrières plus que bien des activités qui reprendront bientôt. La dimension spirituelle et religieuse de l'être humain contribue, nous en sommes persuadés, à la paix des cœurs, à la force dans l'épreuve, à la fraternité entre les personnes, et à toute la vie sociale. La liberté de culte est un élément constitutif de la vie démocratique. C'est pourquoi les évêques souhaitent rencontrer les pouvoirs publics, nationaux ou locaux, pour préparer la reprise effective du culte.

 

Les catholiques ont respecté et respecteront les consignes du Gouvernement. Le Conseil permanent des évêques de France encourage vivement les familles qui seraient frappées par un deuil à ne pas renoncer aux obsèques religieuses, même si tous les membres de leur famille ne peuvent pas se réunir. Il encourage aussi les fidèles à se rendre dans les églises pour y prier individuellement ; il recommande aux diocèses et aux paroisses de continuer à proposer les moyens nécessaires à leur vie de foi. L'Église de France évaluera par ailleurs comment ce cadre nouveau permet la reprise de certaines activités caritatives, étant donné les situations de précarité dont elle est témoin.

 

La fête de la Pentecôte devrait marquer, sauf reprise de l'épidémie, la fin du confinement sévère en matière de vie liturgique et sacramentelle. Le Conseil permanent des évêques de France invite les catholiques à vivre le mois de mai comme un mois « au Cénacle », dans une prière instante pour le don de l'Esprit Saint et comme un mois marial.  

 

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF,

Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard, vice-président de la CEF,

Mgr Olivier Leborgne, évêque d'Amiens, vice-président de la CEF,

Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris,

Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois,

Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers,

Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen,

Mgr Philippe Mousset, évêque de Périgueux,

Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre,

 

Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers.

 

Mots clés
Actualité Adoration Aumônerie Baptême Catéchisme Echo de Saint Antoine Echo de saint Martin Publication St Antoine Tables Ouvertes Vie de la Paroisse calendrier mariage messes orgue photos
Ensemble Paroissial Cuges-les-Pins et Gémenos